La gravure à la maison, et au delà (part 3)

Ok, après quelques digressions, où en sommes nous ?
Faisons un rapide résumé:

1 – on peut graver du cuivre avec une pile.

Ok, déjà, ça fait pas mal de bonnes nouvelles. Reste à mettre tout ça en pratique, mais gardons la tête froide.

A ce stade de l’aventure se pose un problème annexe mais qui risque d’avoir son importance par la suite.
Pour les nouveaux, je vais faire une petite mise à niveau de la façon dont on imprime des trucs.

Pour tout ce qui est impression de gravures en patate, gomme, linogravure, tampon, c’est comme ça:

(Mettons qu’on a envie de faire des cartes de voeu pour la nouvelle année, avec un motif de rond avec un trait blanc au milieu)
(c’est pour l’exemple)


C’est la même technique pour la linogravure et les tampons.

Pour tout ce qui est impression de plaques de cuivre, c’est comme ça:

Si vous êtes observateur, vous avez noté l’expression “pression de bâtard”.
Dans le système métrique, ça correspond à plusieurs tonnes au centimètre carré.
Si vous êtes américain, ça correspond à un quart de la température corporelle en Fahrenheit en livres au pouce-carré (chez les spécialistes, ça s’appelle même “une bloody pile d’éléphants montés les uns sur les autres sur une surface d’un trente-deuxième de yards carrés” , mais c’est une ancienne mesure impériale anglaise qui n’a plus cours que chez les graveurs du nouveau monde, nous resterons métriques pour la suite).

Bref, il faut une presse un peu plus balaise que celle de la maison:

Je me dis comme ça que c’est trop con, je vais pas me faire arrêter par une presse faiblarde, je vais quand même graver des trucs en cuivre ou quoi*, et on verra bien.
*a ce stade de la compétition, si j’ai bien compris, cette histoire de pile et de sulfate et tout, ça marche avec tout ce qui est alliage de cuivre, genre laiton par exemple.

Et où trouver des trucs en cuivre ou en laiton ?
AU BHV OU CHEZ N’IMPORTE QUEL VENDEUR DE TRUCS DE PLOMBERIE !

Du coup, voilà:

Et du coup je grave un joint de raccord de plomberie-je-sais-pas-quoi-en-laiton, avec un motif floral:


putain et ça marche carrément !!!!!! Mate le motif floral !!!

Après coup, fort de mes avancées de graveur, je me demande comment ça se passe pour de l’acier.

Je fais une recherche rapide sur internet:

Alors il se trouve que pour l’acier, le produit dans lequel trempent les bouts à graver, c’est encore plus simple:


Une pile, de l’eau, du sel et roule ma poule.

j’entreprends un test, sur un écrou de douze en acier, du coup.

Bien. Comment tout ça s’est déroulé:
J’ai récupéré un écrou que j’avais dans un tiroir, j’ai poli une face pour que ça soit bien bien lisse comme un miroir, j’ai verni tout le truc, dessiné (n’importe quoi, c’était pour faire des essais) à travers le vernis avec une plume (type plume pour dessiner à l’encre) et zou, à la flotte. Puis j’ai nettoyé le vernis protecteur.

Après, j’ai encré l’écrou comme avec une gravure normale, nettoyé le dessus (vous vous souvenez, cette histoire de nettoyer la surface en laissant de l’encre dans les creux), et voilà:


Un écrou gravé. C’est vraiment hyper fin, le petit “A” en haut à gauche fait dans les 1,5mm de haut. J’ai gravé avec un système de loupe, je reviendrai dessus parce que c’est rigolo c’est l’air con fini.

Je me suis dit après coup que je bricolerai bien un genre de pince avec une pile et un motif trempé dans l’eau salée, sur le même principe, mais portable. Pour graver des dessins sur les couverts dans les restos (pour faire des farces).
Mais ça marche pas tellement sur l’inox. Je vous tiens au jus si j’y arrive.

Je dédie ces notes à Claude, mon beau-père, directeur de labo au CNRS, qui est comme qui dirait un ponte pour tout ce qui touche l’électrochimie et à qui je présente toutes mes excuses si jamais il tombe sur ces pages. 

Update du 27 février: Anodisez du titane avec du coca light, sympa.
Anodize Titanium with houshold items

 
  1.  

    alalala ! ça nous manquait de petites notes aussi drôle et sympa. continue comme ça !

  2.  

    Quel suspense !

  3.  

    Toujours aussi réjouissant et intéressant.
    Par contre, j’ai beau avoir relu tous les posts, je ne vois pas le lien entre la gravure (patates, lino, gouges, plaque de cuivre, encrage, tout compris) et l’électolyse (pile, électrolyte, électrodes, pigé).

    Par quel mécanisme l’électrolyse permet-elle de réaliser les fameux sillons fins fins fins sur le cuivre (ou sur votre écrou) ?

  4.  

    En gros, pour la gravure, l’électrolyse fait exactement le même boulot que l’acide: toute la surface qui n’est pas protégée par un vernis se creuse.
    Quand tu places tes deux bouts de métal dans l’eau, ça retire du métal sur un bout, et ça le met sur l’autre. Du coup le métal qui a été creusé dans l’anneau en laiton s’est retrouvé sous forme de dépôt sur un autre bout de laiton.

  5.  

    Je t’aime, Libon !!!! <3 !

  6.  

    Tu es si fluide <3

  7.  

    Ach ja, mettre la plaque à graver sur le côté qui perd de la matière, bien sur ! Et, avec du vernis, truc que j’avais zappé aussi.
    Merci de la précision.

  8.  

    mais ok, c’était expliqué comme un cochon, toutes mes excuses :)

  9.  

    Donc attends, si je te suis bien : mettons que si on fait des dessins à la pointe sèche sur les ongles vernis d’une meuf, qu’on lui trempe la main dans l’acide, puis qu’on applique une “pression de bâtard”, on peut faire des super gravures ?

  10.  

    Au cas où, voici l’adresse du site d’un passionné de gravure qui a posté quelques tutoriels avec même des vidéos (voir dans les catégories à droite) : http://www.haili.fr/wordpress/

  11.  

    Jérôme: magnifique, merci pour le lien !

  12.  

    Ah mais voilà-t-y pas que tu vas devoir imprimer tes futures affiches pixel par pixel si tu utilises des boulons. ça va être un tantinet longuet.
    (Comment ça, je comprends rien ?)

  13.  

    ouéééééé, je peux de nouveau écrire des comms de ouf sans passer par un sale spam pas beau !!!

  14.  

    Et tu utilises quoi comme verni et comme outil pour polir le métal ?
    (bon sang, je veux essayer !)


    L: le vernis c’est du vernis à gravure normal (ça se trouve chez les magasins de gravure, genre Charbonnel).
    Pour le polissage, il y a plusieurs façon de faire:
    - Le papier de verre ultra-fin (c’est pas évident à trouver chez Casto, mais j’en ai acheté sur internet pour faire de la lutherie, tu peux acheter des trucs qui sont doux comme du PQ tellement c’est fin). Ca va bien lisser, mais il reste des rayures.
    - La paille de fer, du type de celle qui sert à passer de la cire sur les vieux meubles, pareil, il va rester des rayures.
    - La pâte à polir, c’est facilement trouvable chez Casto au rayon Dremel, ça va commencer à être propre.
    - La pierre à aiguiser à eau japonaise, ça sert à finir l’aiguisage des outils et ça fabrique des miroirs avec tous tes rabots, c’est merveilleux.
    Pour polir mon boulon, j’ai à peu près utilisé tout ça dans l’ordre.

  15.  

    Yeaaah Libon ! C’est Bouletcorp qui m’a conduit ici mais je te connais déjà par Spirou. Par ailleurs je tiens à te dire merci, tu fais parti du très célèbre et très privé cercle-des-auteurs-de-BD-qui-me-font-exploser-de-rire. Là, entre Boulet et Watterson.
    Bref, site en favori et je te souhaite bonne continuation. :-D

  16.  

    super, il faut que j’essaye ça quand j’aurai un moment! quel vernis on peut utiliser?

  17.  

    Le vernis que j’utilise c’est du vernis liquide “Ultraflex” de chez Charbonel.

  18.  

    dis moi, serait il possible pour moi, qui suis aussi bricoleur taré, de montrer une partie de mes expériences super inutiles sur ton beau blog?
    (genre j’ai fait un faux coffre médiéval, une armure et dessus j’y ai posé de la déco en laiton et encore d’autres trucs futiles)

  19. nathalie rose
     

    comment tu expliques bien libon… j’ai tout pigé

  20.  

    moi j’ai rien compris mais c’était hyper drôle

  21.  

    Je viens de découvrir votre blog par une remarque sur celui d’Esther Gagne, et c’est vraiment super intéressant :) (expliqué en plus avec humour… ça ne gache rien ^^).
    Ca faisait un moment que l’idée d’essayer de refaire de la gravure sur cuivre chez moi me trottait en tête (mais avec le même problème de l’acide)…et du coup je tenterai surement ça un jour ou l’autre avec cette technique d’électrolyse.
    Par contre on a pas vu le résultat de vos essais non ? (le résultat après impression je veux dire)
    Vous avez fait une impression ? ça rend bien ? :)

    En tout cas merci pour tous ces tuyaux !

  22.  

    Merci !
    Bien sûr mes explications sont peu détaillées, mais on peut trouver pas mal d’infos en cherchant “electro-ectching”.
    Pour les gravures dans le sens “dessin imprimé”, j’en ai pas fait parce que j’ai pas de presse assez costaud pour ça, et en plus je me suis vite retrouvé à graver n’importe quoi sur tous les bouts de machin qui trainaient pour voir…

  23.  

    Arf… je reviens avec deux nouvelles : J’ai raconté tes expèriences intéressantes à mon prof de cours du soir de dessin. Et en fait il est spécialiste en gravure ^^. Sa remière réaction a été (je résume en gros) : “Aaah oui mais l’électrolyse ça va pas creuser droit ! Ca doit aller que si il fait une taille légère”. Là j’ai ricanné bêtement “Ah parce que les acides ça creuse droit ptet ? warfhahaha”.
    Et bas en fait oui ! (j’en tombe sur le cul). Pas tous mais certains acides (dont le fameux “Perchlorure de fer” utilisé pour les circuits imprimés) creusent droit.
    Le risque donc avec l’electrolyse, c’est qu’une fois passé la couche de vernis, ça se mette à bouffer le cuivre qui est sous le venis aussi. Il faut donc snas doute pas le laisser longtemps et se limiter à des tailles légères (en surface quoi).

    Mais par contre il m’a dit un truc intéressant : “Ah mais sinon pour en pas utiliser d’acides, tu peux graver une paque de cuivre au vinaigre. Ca prend du temps, mais ça marche”.
    Bon truc à savoir :)

    Dernière chose pour préciser la réponse à Pullok (je n’avais pas vu sa question) :
    Papier de verre = bois.
    Toile emeri = métal.
    Pour avoir un polissage nickel, tu pars d’une toile gros grain et tu vas vers les plus fine. Et en tout dernier, si on veux un travail vraiment super classe et “miroir”, tu passe des toiles super fines (voir du papier) avec de la pâte à polir.

    désolé pour la tartine.
    Voilà ce sont des lointains souvenirs de cours de méca/atelier ^^

  24.  

    Bonjour! Je me demandais sii ce procédé pouvait fonctionner avec du bronze, sachant qu’il y a du cuivre dans l’alliage (mais qu’apparemment la densité du métal est plus élevée). Avez-vous fait des essais?

  25.  

    Bonjour Clirstrim ! j’en sais rien, je n’ai pas essayé, mais il y a pas de raison que ça marche pas… Faudrait trouver un petit bout de bronze pour voir…

  26.  

    Bonsoir. Les anciens graveurs utilisaint du vinaigre avec du sel marine. Cella peut servir parfaitement mais avec de la pacience et du temps.
    Avec le cuibre et le bronce moi je utilisse du Perclorure et de l´acide chorydrique. Je crois que vous l´appellez comme Ça. Excusez mon franÇais, je suis espagnol.

  27. ploubaaahplouaaahrahg
     

    http://happyfaceschicago.blogspot.fr/2009/03/printmaking-process-pasta-machine.html

    Ici ils utilisent une machine à pâte ( oui oui !) comme presse, avec des plaques de petite dimension cependant. J’ai trop hâte de pouvoir essayer. La machine à pâte c’est pas trop cher et puis c’est l’occasion un jour qui sait, de faire ses propre pâtes.

  28.  

    Merci Libon … en cherchant sur mon moteur de recherche mondialiste préféré une presse d’occasion, je tombe sur ton site et j’ai bien ri en lisant tes tentatives … par lesquelles, en graveuse folle et mordue (par l’acide), je suis plus ou moins passée ! Quand j’ai lu … une pression de malade … je me suis dit que tu allais me révéler une astuce qui allait changer ma vie de graveuse … mais non … on est tous dans la même panade sans presse !!! Voici une petite vidéo de mon pote Quentin qui fait de la lasagnogravure sur rénalon … je le fais de la maison, je l’ai fait avec des gamins et le résultat est bluffant !!! ça permet de calmer mes ardeurs de gravage et d’impression entre deux visites à l’atelier … http://vimeo.com/47304262
    Un grand merci … j’ai bien ri !!!
    Ploumette

  29.  

    Aaaah je voulais tester ça depuis longtemps!
    Mais au fait, votre petite presse maison là, c’est quoi? une vraie presse de lino ou une machine à pâtes? (c’est pratique la machine à pâtes mais c’est petit…)

  30.  

    Moi quand j’ai testé avec le rénalon, c’était avec une machine à pâtes et oui ça réduit la taille des formats à graver … et quand je fais de la lino, je presse à la main avec un torchon et mes petits muscles !

  31.  

    Merci pour vos illustrations qui sont vraiment super!! c’est l’aventure de vous lire!!! J’espère que vous faites de la BD!!?

  32.  

    [...] La gravure à la maison, et au delà (part 3) Ok, après quelques digressions, où en sommes nous ? Faisons un rapide résumé: 1 – on peut graver du cuivre avec une pile. Ok, déjà, ça fait pas mal de bonnes nouvelles. Reste à mettre tout ça en pratique, mais gardons la tête froide. A ce stade de l’aventure se pose un problème annexe mais qui risque d’avoir son importance par la suite. Pour les nouveaux, je vais faire une petite mise à niveau de la façon dont on imprime des trucs. [...]

  33.  

    [...] faire les courses et faire à manger et après j’ai quelques culs à aller botter à Markarth. La gravure à la maison, et au delà (part 3) Ok, après quelques digressions, où en sommes nous ? Faisons un rapide résumé: 1 – on peut [...]